CODESNA a eu l’opportunité de participer à une journée de prévention du stress organisée par la Mutuelle Intériale pour une Maison d’Arrêt du Sud de la France.

Il existe différentes fonctions au niveau du personnel, chacune avec son lot de responsabilités, de contact avec des détenus, de stress potentiellement engendré par leur activité.

L’objectif était de permettre au personnel de la Maison d’Arrêt de pouvoir évaluer de manière confidentielle un éventuel risque de stress chronique et de mesurer leur capacité de résistance au stress. Ceci dans une démarche de prévention et d’aide à la gestion du stress, l’environnement pouvant être source de nombreuses situations stressantes.

Nous étions dans un bureau privé, équipé du produit CODESNA Physioner, et recevions les employés qui s’étaient soit préinscrits, soit venaient de manière impromptue, lorsque leur poste leur en laissait l’occasion : ces derniers souvent se décidaient à la suite d’une discussion avec un de leurs collègues qui avait participé à l’atelier.

Les résultats étaient très intéressants : malgré la difficulté potentielle de ce type de postes, de nombreuses personnes venues ont montré une bonne capacité à résister au stress et une balance physiologique très équilibrée – pas de présence d’un stress chronique.

C’était le cas pour 60% des évaluations. Certaines personnes signalaient avoir connu un stress très important dans le passé, qui les a affecté, et qu’ils ont dû apprendre à gérer : un ancien militaire de carrière qui a connu les combats, une personne qui a changé de service il y a quelques temps à la suite d’une crise, une autre qui s’est mis au yoga depuis quelques années, 2 fois par semaines – ravie de voir l’impact de son assiduité pour rétablir un équilibre parfait, malgré un travail complexe.

Cette confirmation de bon équilibre physiologique et gestion du stress était souvent perçue comme rassurante par rapport à un éventuel ressenti.

20% des personnes évaluées avaient une surstimulation importante, restant néanmoins raisonnable, à surveiller dans le temps ; et les derniers 20% présentaient une surstimulation plus importante, indiquant une certaine accumulation, avec une recommandation de mettre en place des actions pour mieux gérer ce stress accumulé et éviter dans le temps des pathologies potentielles liées à cette surstimulation permanente.

La présentation de leurs marqueurs générait des questions et une envie de mieux prendre en compte ce stress accumulé ; interrogées, les personnes démontraient un intérêt plus marqué sur des programmes de gestion de stress, de nutrition et de gestion du sommeil.

Cette intervention a été perçue comme très positive par l’ensemble des participants et par la Direction. Ils ont apprécié à la fois la partie évaluation Physioner individuelle et confidentielle, et également la partie explication physiologique de la gestion du stress chez l’individu.

L’objectif est de mieux armer chacun pour comprendre sa situation, comprendre comment physiologiquement je gère ma situation et m’aider ainsi à anticiper des problèmes de santé plus importants.

L’idéal étant d’éviter que la personne l’apprenne « à la dure » : « Vous m’auriez évalué il y a quelques années, j’aurai été dans le rouge ; j’en ai souffert et j’ai vraiment dû appendre à mettre en place des actions pour mieux gérer mon stress dans le temps, et mieux apprendre à me ménager. »

On peut anticiper et appendre à l’aide de marqueurs physiologiques qui permettent à chacun de mieux se comprendre, d’objectiver un ressenti et mieux se gérer.

Chez CODESNA, on y croit, et les interactions que nous avons eu avec les participants lors de cet atelier dans la Maison d’Arrêt organisé par la Mutuelle Intériale, étaient humainement très enrichissantes.

 

Facebooktwitterlinkedinmail