Nos clients face à la crise sanitaire

La crise sanitaire Covid-19 que nous connaissons à un impact économique et social fort. Nous entrons dans une période de déconfinement qui pose également beaucoup d’incertitudes.

Chez CODESNA, il nous a semblé intéressant de poser la question à nos clients, pour comprendre concrètement l’impact que la crise a eu sur leur activité et comment ils voyaient la période de déconfinement ; leurs approches pour une gestion du stress chronique et des traumatismes générés nous semblent indispensables pour une reprise efficace et éviter ainsi une vague de crise sociale de grande ampleur.

Aujourd’hui, notre invitée est Mme Elisabeth Breton.

Mme Breton est Directrice et responsable pédagogique du Centre de formation Elisabeth Breton. Le Centre organise des formations et des certifications professionnelles dans le domaine de la prévention et la gestion du stress ainsi que de la réflexologie.

 

  1. Il est peut-être encore un peu tôt, mais comment voyez-vous l’impact que cette crise sanitaire du Covid-19 a eu pour votre secteur ?

La plupart des sessions de formation du Centre de formation Elisabeth Breton ont été reportées à la rentrée, vu qu’il s’agit des formations dans le domaine du toucher massage réflexe, qui nécessitent un suivi en présentiel. 

Personnellement, la période de confinement m’a permis d’avancer sur d’autres projets et j’ai mis en place plusieurs webinaires, réunions par la plateforme ZOOM afin de suivre les apprenants et échanger avec eux pendant cette période.

J’ai pu également bénéficier d’une aide d’état pour le mois d’avril et j’ai repris des formations avec de petits groupes en mai dans le respect des gestes barrières.

J’ai profité de ce temps pour mettre en place la démarche qualité QUALIOPI (qualité du processus de formation).

  1. Comment voyez-vous l’après-confinement et la reprise économique qui se met en place ?

Je reprends progressivement avec un petit groupe afin de bien respecter les consignes gouvernementales sur les gestes barrières. 

J’ai commandé les masques, les gels, j’ai imprimé les affiches sanitaires et j’ai diffusé régulièrement les informations sur mon site et dans les lettres d’information pour nos apprenants et nos partenaires.

  1. Beaucoup s’interrogent sur la crise sociale qui risque d’arriver avec les troubles générés par ce confinement de longue durée et cette incertitude sanitaire permanente.

Est-ce quelque chose que vous avez déjà observé ? Que faudrait-t ’il mettre en place ?

Nous avons déjà constaté l’augmentation des états d’angoisses, de tensions nerveuses, de perturbations psychologiques et de troubles liés au stress et en lien avec l’incertitude et la complexité de la situation actuelle et celle à venir…

En effet dans l’état d’urgence, les premières mesures ont été d’ordre sanitaire (par rapport au virus), période de confinement et de déconfinement, puis les réflexions sur la survie économique tout en poursuivant les questions sanitaires.

En revanche, le risque d’un post-trauma et/ou les effets secondaires de cette période sur le plan psychocorporel n’ont pas été autant abordés. Aujourd’hui, nous nous confrontons également avec ces problématiques.

  1. Vous-même, avez-vous prévu de mettre en place des solutions/communications spécifiques face à cette situation unique ?

Pendant la période de confinement et post-confinement, j’ai beaucoup échangé avec les apprenants, pour les tenir au courant, les assurer, les guider, les maintenir en lien avec le Centre. J’ai constaté que certains avaient plus du mal à tenir, et ces échanges ont été les bienvenus.

Vu que j’enseigne également des modules de gestion du stress, j’ai pu leur rappeler les notions de base de gestion du stress.  D’ailleurs, des modules de gestion du stress ont été mis en place avec des formules mixtes, le module INITIATION A LA GESTION DU STRESS est maintenant référencé au CPF (Compte Personnel de Formation) et un nouveau site dédié à ces sujets sera prochainement opérationnel.

Facebooktwitterlinkedinmail